Tout en s’implantant avec succès dans le secteur immobilier, Alain Duménil s’est lancé dans une nouvelle aventure de luxe avec un objectif clair et ambitieux. L’homme d’affaires souhaite créer une équipe de taille moyenne et trouver une place dans une industrie monopolisée par les grands groupes du luxe. Vous voulez savoir le parcours d’Alain Duménil dans le secteur du luxe ? Tout est dans ce nouvel article.

Le début de l’investissement dans ce secteur

Afin d’exécuter son projet, Alain Duménil mettra en place l’équipe Alliance Designers en 2002. Il a fallu peu de temps à l’équipe pour obtenir les éloges des gens pour lui, notamment par l’achat de la marque de chaussures de luxe René Mancini en 2006. C’est à ce rachat que nous devions les fameuses chaussures Chanel bicolores pendant des décennies. De nombreuses stars ont déjà porté ces chaussures.

Le groupe Alliance Designers dirigé par l’homme d’affaires a continué à prospérer jusqu’à sa fermeture en 2010. Si certaines marques appartenant au groupe ont été revendues, d’autres marques tout aussi prestigieuses ont acquis leur indépendance même si les commerçants conservent une partie de leur capital. Parmi ces marques, par exemple, Smalto ou Poiray peuvent être citées.

Alain Duménil frappe encore fort avec sa stratégie de rachat

L’empreinte d’Alain Dumenil (Alain Duménil) dans le secteur du luxe ne se limite pas à son expérience au sein du groupe Alliance Designers. Pour le prouver, l’homme d’affaires a racheté Luxury Group en 2002, à quinous devons des marques comme Jacques Fath et Emmanuelle Khanh, sans oublier le célèbre fabricant de chaussures de luxe Harel. À travers son équipe Alliance Designers, l’homme d’affaires achètera non seulement des marques de luxe établies, mais créera également de nouvelles marques telles que Stéphane Kélian ou Louis Féraud.

En 2004, Alain Duménil a fait part de ses ambitions d’origine à l’AFP. Elles consistent à donner une plus grande visibilité aux petites entreprises spécialisées dans le luxe. Ceci étant dans le but de les permettre à s’imposer et à résister facilement face aux trois mastodontes du secteur que sont LVMH, Hermès et PPR.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *